Chargement

Débriefing du 5 octobre : un accord pour les routiers, Macron et ceux qui « foutent le bordel », Trump fait volte-face sur Porto Rico7 minutes de lecture

Les syndicats de routiers trouvent un accord avec le gouvernement et les patrons

A l’issue de la mobilisation de ces dernières semaines, les organisations syndicales du transport routier ont trouvé un accord avec le gouvernement et le patronat, mercredi 4 octobre au soir. Ce dernier prévoit le maintien de diverses primes, des frais de déplacement et du treizième mois dans le transport interurbain de voyageurs, qui étaient menacés par la réforme du code du travail.

Les syndicats s’inquiétaient d’une éventuelle baisse de la rémunération dans les accords d’entreprise, notamment dans les TPE et PME. La CFDT et la CFTC menaçaient d’entamer une grève le 10 octobre

Thierry Douine, de la CFTC, s’est dit satisfait de cet accord. Il a reconnu que les organisations patronales avaient « accepté de répondre à nos revendications » alors que le ministère du Travail a été « beaucoup plus difficile à convaincre ». La ministre du Travail Muriel Pénicaud et celle des transports Elisabeth Borne se sont félicitées dans un communiqué que « les partenaires sociaux se so[ie]nt accordés sur le fait d’intégrer dans un nouvel accord de branche, pleinement compatible avec les ordonnances, l’ensemble des règles auxquelles les organisations syndicales comme patronales ont manifesté leur attachement. » Elles ont également annoncé que les spécificités du transport routier en matière de frais de déplacement seraient confirmées dans le code des transports.

La CGT-Transports considère que cet accord « constitue une première entorse aux ordonnances et favorise la négociation collective de la branche ». Ainsi, le syndicat souhaite maintenir la grève du 10 octobre pour « le retrait des ordonnances dans leur intégralité ».

Vous devez être connecté pour lire ce contenu. 
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous simplement.
Sinon, rendez-vous dans la partie abonnement pour découvrir nos offres à partir de 4€/mois. 
Vous pouvez également tester Chronos pendant deux semaines gratuitement et sans engagement ! 

 

>> Lire aussi notre décryptage du jour : « Retour sur cinquante ans de guérillas en Colombie »