Débriefing du 7 décembre : Jérusalem reconnue capitale d’Isräel par les Etats-Unis, l’EI vaincu en Syrie7 minute(s) de lecture

07/12/2017
43 vues

Jérusalem reconnue capitale d’Isräel par les Etats-Unis : vers une troisième Intifada ?

Promesse de campagne tenue pour Donald Trump. Le président a officialisé, hier mercredi 6 décembre, le transfert de l’ambassade américaine en Israël de Tel-Aviv à Jérusalem. Une décision qui, symboliquement, marque la reconnaissance de la ville sainte comme capitale de l’Etat juif. Et enterre les revendications du peuple palestinien sur ce territoire.

Ce jeudi 7 décembre, le Premier ministre israélien s’est félicité de cette décision et a assuré que ce n’était qu’un début. “J’aimerais annoncer que nous sommes déjà en contact avec d’autres pays qui feront une reconnaissance similaire”, a déclaré Benyamin Nétanyahou.

Le mouvement islamiste Hamas a lui appelé à une “nouvelle Intifada”, c’est-à-dire un soulèvement populaire contre l’armée israélienne. Dès mercredi, des centaines de personnes ont brûlé des drapeaux américains et israéliens dans la bande de Gaza. Les protestations devraient se poursuivre vendredi après la grande prière hebdomadaire.

Pour l’instant, à l’annonce de cette décision, Donald Trump se retrouve isolé sur la scène internationale. France, Belgique, Allemagne, Turquie : tous les dirigeants ont regretté sa décision, qui risque selon eux d’embraser la région. Même l’Arabie saoudite, alliée des Etats-Unis, a fustigé “un recul dans les efforts en faveur du processus de paix”. La Jordanie,  pays gardien des lieux saints musulmans à Jérusalem, a elle dénoncé “une violation du droit international”.
[private]
 

La Russie affirme que la Syrie est “totalement libérée” de l’EI

Le territoire syrien est “totalement libéré” du groupe Etat islamique (EI), a annoncé ce jeudi le ministère russe de la Défense. “La mission de l’armée russe de défaire le groupe terroriste armé État islamique est accomplie”, a indiqué le ministère, ajoutant qu’il n’y a “aucune localité ni région de Syrie sous le contrôle de l’Etat islamique”.

Selon le général Sergueï Roudskoï, de l’état-major russe, des frappes aériennes “sans précédent” ont été menées au cours des derniers jours dans la région de Boukamal, la dernière localité d’importance aux mains de l’Etat islamique. Les avions russes ont mené quotidiennement plus de 100 sorties aériennes et 250  rappes.

Les forces spéciales russes ont aussi été actives, guidant les frappes aériennes et “détruisant les plus odieux leaders des groupes de combattants derrière les lignes ennemies”, a-t-il dit.

Mais, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), l’Etat islamique contrôle encore 8 % de la province de Deir Ezzor (est), contre la quasi-totalité il y a quelques mois.

“Des bandes de saboteurs de l’EI” sont encore susceptibles d’opérer mais seront combattues par les troupes syriennes, a ajouté le général russe, précisant que “le contingent russe va concentrer ses efforts pour apporter de l’aide au peuple syrien afin de reconstruire la paix”. La Russie avait déjà annoncé le 21 novembre la fin de la “phase active de l’opération militaire” en Syrie, où l’armée russe intervient en soutien au régime de Bachar Al-Assad depuis 2015.

 

Catalogne : 45 000 manifestants pro-indépendance à Bruxelles

Des dizaines de milliers de partisans de l’indépendance de la Catalogne, 45 000 selon la police belge, ont manifesté ce jeudi à la mi-journée dans le quartier européen de Bruxelles. Objectif des militants : interpeller l’Union européenne sur le sort de cette région mise sous tutelle par Madrid fin d’octobre.

Cette manifestation a lieu en pleine campagne pour des élections régionales cruciales en Catalogne, le 21 décembre. Carles Puigdemont, visé par des poursuites judiciaires en Espagne, a annoncé mercredi son intention de rester en Belgique “pour l’instant”, au lendemain du retrait par un juge espagnol du mandat d’arrêt européen émis par Madrid.

 

Emmanuel Macron au Qatar : plus de 11 milliards d’euros de contrats pour l’industrie française

Ce jeudi 7 décembre, Emmanuel Macron était en déplacement au Qatar. Lors de cette visite, il a recueilli de très bonnes nouvelles pour quelques groupes français du transport et de la défense, comme la RATP, SNCF et Dassault aviation. En tout, 11,1 milliards de contrats, confirmés ou annoncés, sont confiés à l’industrie française.

Un protocole d’accord a été dévoilé par Qatar Rail, l’autorité organisatrice des transports locale. L’exploitation du métro de Doha, la capitale, est confiée à RKH Qitarat – une coentreprise constituée de la RATP et de la SNCF (via leurs filiales RATP Dev et Keolis) pour 49 % et à la société qatarie Hamad Group (51 %), d’autre part. Soit un marché de 3 milliards d’euros sur vingt ans.

Le Qatar a également levé l’option sur douze Rafale, pour un montant estimé à 1,1 milliard d’euros, accompagnant les 24 commandés en avril 2015. Le pays vient aussi de prendre une autre option pour 36 avions de combat.

Autre avancée : la signature d’une lettre d’intention pour l’achat de 490 véhicules blindés de Nexter pour un montant d’au moins 1,5 milliard d’euros, pouvant aller jusqu’à 3,2 milliards selon l’armement choisi. Le contrat pourrait être signé en 2018.

Ce déplacement a aussi une valeur diplomatique. Il intervient après celui effectué le 8 novembre aux Emirats arabes unis. Emmanuel Macron était venu inaugurer le musée du Louvre d’Abu Dhabi. Dans la foulée, il s’était rendu en Arabie Saoudite pour rencontrer le prince héritier Mohammed Ben Salman et discuter du cas de Saad Hariri, le premier ministre libanais démissionnaire. Cette visite avait été très mal perçue par l’Iran, l’autre puissance régionale, grand ennemi de l’Arabie saoudite. Le Qatar fait lui l’objet depuis six mois d’un blocus économique et diplomatique de la part de ses voisins tels que l’Arabie Saoudite et les Emirats arabes unis, qui l’accusent de soutenir des groupes extrémistes et d’être trop proche de l’Iran. Cette visite d’Emmanuel Macron montre donc que la France ne choisit pas de camp.  

 

Dieselgate : un ancien dirigeant de Volkswagen condamné à sept ans de prison

Un ex-dirigeant du constructeur automobile allemand Volkswagen, arrêté en début d’année aux Etats-Unis dans le cadre de l’enquête sur les moteurs truqués, a été condamné, mercredi 6 décembre, à sept ans de prison. Oliver Schmidt, 48 ans, devra aussi s’acquitter d’une amende de 400 000 dollars.  La justice a estimé qu’il avait contribué à la fraude visant à déjouer les contrôles anti-pollution.

L’ancien dirigeant de Volkswagen avait été informé au printemps 2014 de l’existence d’un logiciel frauduleux installé sur certains véhicules diesel du constructeur allemand depuis des années, mais a menti aux autorités américaines qui l’ont interrogé.

Sur les sept ans d’emprisonnement, cinq ont été prononcés au titre de l’accusation de “conspiration pour fraude” et deux pour avoir enfreint les lois sur l’environnement.

Aux Etats-Unis, Volkswagen a déjà dû débourser plus de 22 milliards de dollars pour réparer ou racheter près de 600 000 voitures incriminées.

 

Le Parlement australien dit officiellement “oui” au mariage gay

Le Parlement australien a adopté ce jeudi 7 décembre la loi sur le mariage gay. Il revient désormais au gouverneur général Peter Cosgrove, le représentant en Australie de la reine Elizabeth, de signer cette loi, ce qui devrait être fait dans les prochains jours.

Mi-novembre, les Australiens avaient voté en faveur du mariage homosexuel lors d’une consultation par voie postale : 62 % des 12,7 millions de personnes qui ont participé s’étaient prononcées pour l’union entre personnes de même sexe. Selon Davis Kalisch, chef du Bureau australien des statistiques, près de 80 % du corps électoral a pris part à cette consultation qui aura duré deux mois.

Prenant acte de ces résultats, le premier ministre conservateur Malcolm Turnbull avait annoncé que le gouvernement se fixait pour objectif d’adopter avant la fin de l’année une loi en faveur du mariage entre homosexuels.

Ces résultats marquent un tournant pour les droits de la communauté gay en Australie, où s’adonner à une activité homosexuelle était interdit dans certains Etats du pays jusqu’en 1997.
[/private]

Vous aimerez aussi

Cinq recettes pour un apéro dînatoire gourmand mais sain !
Décryptage
152 vues
Décryptage
152 vues

Cinq recettes pour un apéro dînatoire gourmand mais sain !

JessicaLombardi - 29/06/2018

L'été est là, saison officielle des apéros. Et donc des excès ! Si craquer pour des chips ou une pizza…

A la rentrée, Chronos devient Cinq minutes
Non classé
314 vues
Non classé
314 vues

A la rentrée, Chronos devient Cinq minutes

JessicaLombardi - 29/06/2018

Chers lecteurs,   L'aventure Chronos s'arrête ce vendredi 29 juin. Je vous en expliquais les raisons dans un précédent article.…

L’effet placebo expliqué
Décryptage
131 vues
Décryptage
131 vues

L’effet placebo expliqué

JessicaLombardi - 28/06/2018

L'effet placebo, on le connaît tous, mais sans forcément savoir comment il fonctionne. On peut effectivement se demander comment une…