Questions de sport spéciales JO d’hiver : qui était « Eddie the Eagle » ?3 minute(s) de lecture

12/02/2018
51 vues
Le Britannique Michael Edwards a passionné le public des Jeux de Calgary en 1988. La raison ? Il était aussi courageux que médiocre dans sa discipline.

 

Passionné de Jeux olympiques mais pas vraiment athlète. Quand il s’avance vers le sautoir, à Calgary, son aventure est déjà bien connue du public. Michael Edwards, 24 ans, est à la fois un sportif plutôt médiocre et un personnage extravagant et téméraire. Ce jeune skieur anglais, résolu à participer à l’Olympiade de 1988, s’est lancé dans le saut à ski pour pouvoir représenter son pays. Problème : il ne connaît presque rien à cette discipline.

Depuis sa plus tendre enfance, Michael Edwards rêve de porter les couleurs britanniques dans une grande compétition. Tentant sa chance dans plusieurs sports, dont le ski, son parcours est semé de désillusions. Il finit par s’inscrire dans la catégorie « saut à ski », quand il remarque que son pays en est absent. Il réalise les minima et gagne son billet pour les JO d’hiver 1988. Il est le premier Britannique à concourir dans cette discipline.

Engagé sur le 70 m et le 90 m, il termine dernier des épreuves mais a gagné sa réputation de casse-cou. Avec des lunettes de vue embuées, des tenues pas adaptées et des sauts à la limite du danger, cet athlète pataud va pourtant conquérir le public avec ses contre-performances, glanant au passage son surnom de « Eddie the Eagle ». Moqué par certains, il devient tout de même un héros en Grande-Bretagne. Car Michael Edwards incarne bien l’esprit de Pierre de Coubertin : l’important est de participer.

 

La règle Eddie the Eagle

Son histoire participe de la magie des Jeux. Mais elle a tout de même secoué le Comité international olympique. Après ses deux démonstrations, le CIO a durci les minimas pour être sélectionnés aux Jeux olympiques d’hiver. Histoire de ne pas se retrouver avec un amateur qui se blesse grièvement – ou pire – durant les épreuves. Ainsi est née la « règle Eddie the Eagle ».

Malgré sa progression en saut à ski, Edwards ne se qualifiera pas pour Albertville en 1992 ni Lillehammer en 1994. Il reste malgré tout populaire et attaché à l’image des JO. Si bien qu’en 2010, il a fait partie des porteurs de la flamme olympique.

Bonus : l’histoire de Michael Edwards semble sortie d’une fiction. Elle a même gagné Hollywood : un biopic évoquant son ambition olympique est sorti en 2016. Il n’a pas été la seule star de ces Jeux de Calgary en 1988. Pas très loin du sautoir olympique, une équipe de quatre Jamaïcains s’est lancée à la conquête de la piste de bobsleigh…

 

 

“Petites et grandes questions du sport” est une série proposée bénévolement par Sabrina Lang pour Chronos. Pendant les JO d’hiver, elle traitera une question par jour !

 
 

Vous aimerez aussi

Questions de sport spéciales JO d’hiver : que signifie « faire une Bradbury » ?
Sport
4 vues
Sport
4 vues

Questions de sport spéciales JO d’hiver : que signifie « faire une Bradbury » ?

JessicaLombardi - 24/02/2018

Et si votre nom devenait une expression courante ? C'est ce qui est arrivé à Steven Bradbury, patineur de vitesse australien…

Comment se passer des services de Google ?
Décryptage
67 vues
Décryptage
67 vues

Comment se passer des services de Google ?

JessicaLombardi - 23/02/2018

Depuis l'affaire Snowden, de plus en plus d'utilisateurs se méfient de Google et de sa maison-mère Alphabet. C'est un fait :…

Questions de sport spéciales JO d’hiver : le système de notation en patinage artistique est-il trop complexe ?
Sport
11 vues
Sport
11 vues

Questions de sport spéciales JO d’hiver : le système de notation en patinage artistique est-il trop complexe ?

JessicaLombardi - 23/02/2018

Pas facile de comprendre les notes en patinage… Un étrange rituel qui agace au-delà du cercle des athlètes.   Les…