Question de sport : peut-il exister des JO d’hiver sans neige ?3 minute(s) de lecture

25/02/2018
59 vues
Toutes les bonnes choses ont une fin : ce dimanche, les 23e Jeux olympiques d’hiver, qui se tenaient à Pyeongchang, s’achèvent. Rendez-vous dans quatre ans à Pékin pour une nouvelle olympiade glacée. Surprise : la capitale chinoise n’a rien d’une station de sports d’hiver.

 

Alors que les Jeux de 2022 ont été attribués à la ville de Pékin, on peut simplement se poser une question : des JO d’hiver peuvent-ils se dérouler sur un site sans neige ? La réponse est, semble-t-il, oui. 35 m d’altitude et pas de neige naturelle, les arguments sont minces. Mais c’est assez pour emporter des Jeux olympiques d’hiver. “Le choix de l’expérience”, a argué le Comité international olympique, en désignant Pékin, déjà organisateur des Jeux en 2008, pour accueillir cette échéance 2022.

 

L’environnement mis à mal

Une décision stratégique qui ne s’avère pas vraiment écologique. Si Almaty, la concurrente kazakhe à l’organisation des Jeux, n’était pas parfaite, elle avait au moins l’avantage d’être un site montagneux. A Pékin, le déficit d’enneigement est pointé du doigt. Dans la capitale chinoise, ne pourront se dérouler que les épreuves sur glace, comme le patinage ou le curling. Une seconde vie pour le “nid d’oiseau” et le “cube”. Pour le ski, le saut, le snowboard ou le biathlon, il faudra se rendre à 100 ou 174 kilomètres, dans les montagnes de Zhangjiakou, où il ne neige que très peu ces derniers hivers.

La neige artificielle régnera donc en maître sur les pistes. Et pour assurer toutes ces compétitions, il en faudra une sacrée pelletée. Des procédés coûteux en eau qui pourraient bien mettre un coup au niveau des réservoirs locaux et influencer l’agriculture environnante. Par ailleurs, rallier les sites olympiques depuis Pékin nécessite de construire un TGV et de percer des montagnes. Coût estimé de l’opération : 5 milliards de dollars.

La décision de choisir Pékin n’a pas été bien comprise des Fédérations et des athlètes, qui s’insurgent de devoir concourir sur de la neige artificielle.

 

La neige peut faire défaut

Même les plus célèbres stations de ski peuvent connaître les aléas du climat. En 2010, à deux jours du début des Jeux de Vancouver, la cité canadienne était au bord de la catastrophe. Au cours d’un hiver particulier doux, elle redoutait l’absence de chutes de neige. De même que ses deux sites olympiques, Cypress Moutain et Whistler, où la neige fondait à vitesse grand V ou manquait simplement à l’appel.

Les organisateurs ont alors pris des mesures draconiennes pour assurer l’enneigement naturel. A grand renfort de camions, ils ont fait acheminer des tonnes du précieux or blanc depuis une montagne à deux heures de route. Une solution encore une fois peu respectueuse de l’environnement…

Bonus : écologie, économie, lobbys, privilèges, droits de l’homme : les Jeux olympiques cristallisent depuis longtemps des intérêts et des questions de société. On ne peut pas nier qu’un titre olympique représente le rêve de toute une vie pour un athlète. Mais à quel prix pour les sites olympiques. Pour le meilleur ou pour le pire ?
 

“Petites et grandes questions du sport” est une série proposée bénévolement par Sabrina Lang pour Chronos.

 
 

Vous aimerez aussi

Debriefing de la semaine : la réforme de la SNCF adoptée, sommet de Singapour, arrivée de l’Aquarius en Espagne
Débriefing
48 vues
Débriefing
48 vues

Debriefing de la semaine : la réforme de la SNCF adoptée, sommet de Singapour, arrivée de l’Aquarius en Espagne

JessicaLombardi - 17/06/2018

[private] Sommet de Singapour : l'accord reste flou Mardi 12 juin, tous les regards étaient tournés vers Singapour. C'est la…

Mieux connaître les antioxydants
Décryptage
96 vues
Décryptage
96 vues

Mieux connaître les antioxydants

JessicaLombardi - 15/06/2018

On vante sans cesse leurs propriétés anti-âge et leur rôle clé dans la prévention de certaines maladies, notamment le cancer.…

L’aventure Chronos se termine fin juin
Non classé
150 vues
Non classé
150 vues

L’aventure Chronos se termine fin juin

JessicaLombardi - 15/06/2018

Chers lecteurs,   Aujourd'hui, j'ai une importante nouvelle à vous annoncer. J'allais dire triste, mais je ne veux pas que…