A quoi va ressembler la police de sécurité du quotidien ?4 minute(s) de lecture

09/02/2018
65 vues
Les modalités de mise en place de la police de sécurité du quotidien (PSQ), promesse de campagne d’Emmanuel Macron, ont été dévoilées cette semaine par le ministre de l’Intérieur. Gérard Collomb promet un “nouvel état d’esprit” et donc un projet différent de la police de proximité, expérimentée entre 1998 et 2003. Il a également annoncé la “fin de la politique du chiffre” et 10 000 créations de postes. On fait le point ensemble sur cette future police de sécurité du quotidien.

 
[private]
La PSQ, promesse de campagne d’Emmanuel Macron, est née dans le contexte de l’affaire Théo – le viol présumé d’un jeune homme lors de son interpellation à Aulnay-sous-Bois – et du mouvement de grogne des policiers après une attaque au cocktail Molotov à Viry-Châtillon (Essonne) en octobre 2016. En octobre dernier, le chef de l’Etat promettait une “nouvelle doctrine, qui constituera notre référence en matière de sécurité publique pour les années à venir”. Une promesse d’autant plus attendue qu’une nouvelle vague de manifestations des forces de l’ordre a eu lieu début janvier après l’agression de deux policiers par plusieurs dizaines d’individus à Champigny-sur-Marne la nuit du nouvel an.

 

Des airs de police de proximité, des mesures déjà lancées sous le quinquennat Hollande

Emmanuel Macron le répète, il ne s’agit pas de ressusciter la police de proximité, mise en place par Lionel Jospin en 1998 et supprimée par Nicolas Sarkozy en 2003. Ce dispositif est devenu le symbole de l’échec de la politique sécuritaire du gouvernement Jospin et un épouvantail pour la droite. Pourtant, la PSQ, qui a le mérite de dégager des moyens, recycle aussi des mesures déjà lancées.

Chez les forces de l’ordre, ce nouveau dispositif suscite autant d’attentes que d’interrogations. Certains craignent que les annonces ministérielles ne se limitent à labelliser “PSQ” des mesures ou chantiers déjà actés, comme la forfaitisation des amendes pour consommation de cannabis. Les syndicats policiers regrettent eux une concertation assez sommaire. Gérard Collomb fait lui valoir l’envoi d’un questionnaire aux 250 000 policiers et gendarmes. Quelque 70 000 y ont répondu pour réclamer, entre autres, moins de contraintes administratives et plus de travail de terrain.

Côté élus, le projet séduit déjà un peu plus. Des dizaines de communes (Aulnay-sous-Bois, Lille, Grenoble, Toulouse, etc.) se sont portées candidates, avec l’espoir de glaner des effectifs supplémentaires.

 

10 000 créations de postes entre 2018 et 2022

Cette police de sécurité du quotidien va se constituer peu à peu. Trente quartiers difficiles bénéficieront de “moyens supplémentaires” d’ici à janvier 2019. “Quinze à trente policiers sélectionnés par les chefs de service viendront, dans chacun de ces quartiers, renforcer les effectifs”, sans pour autant constituer de nouvelles brigades spécialisées, a détaillé le ministre de l’Intérieur. D’ici un an, ils recevront 600 effectifs supplémentaires et des moyens matériels fléchés, a-t-il promis. Le gouvernement s’est en outre engagé à créer 10 000 postes entre 2018 et 2022.

 

Trente quartiers concernés

Gérard Collomb veut lancer une opération de “reconquête républicaine”. Trente quartiers seront concernés par cette expérimentation du dispositif. Côté police, il s’agit notamment de ceux de Trappes (Yvelines), des Tarterêts à Corbeil-Essonnes, du Mirail à Toulouse, du Neuhoff à Strasbourg, du Gros saule à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), des Beaudottes à Sevran (Seine-Saint-Denis) ainsi que les quartiers Nord de Marseille.

Côté gendarmerie, vingt départements – essentiellement en Auvergne-Rhône-Alpes et dans l’Ouest de la France, parmi lesquels l’Ain, l’Hérault ou le Calvados – disposeront de 500 renforts. Gérard Collomb souhaite également augmenter le nombre de brigades de contact à 250 unités d’ici la fin 2018. Les brigades de contact, expérimentées à la fin du mandat de François Hollande, doivent permettre aux militaires de se recentrer sur “la police judiciaire de proximité, le contact avec la population et le renseignement”.

Les quartiers choisis sont décrits par Gérard Collomb comme des “territoires où la délinquance et les trafics ont augmenté de manière forte, où les habitants ont parfois peur de sortir de chez eux, de prendre le bus”. Il y a quelques mois, Emmanuel Macron avait annoncé qu’une des priorités de la PSQ serait la lutte contre le harcèlement de rue, notamment dans les transports en commun.

> Lire aussi : Comment réagir face au harcèlement de rue ?

 

Des tablettes, des smartphones et des caméras-piétons

Dans leurs missions, les policiers et gendarmes de la PSQ pourront s’appuyer sur les nouvelles technologies. Ils disposeront notamment de caméras-mobiles ou caméras-piétons, qui sont accrochées sur le torse de l’agent en patrouille. Ce dispositif a également été lancé sous le précédent quinquennat. Il sera cependant multiplié par quatre pour atteindre 10 000 caméras chez les forces de l’ordre d’ici à 2019.

Le ministre de l’Intérieur a également annoncé que 60 000 tablettes numériques et smartphones seraient confiés aux gendarmes d’ici à 2020, ainsi que 50 000 chez les policiers, pour faciliter l’accès aux fichiers de la délinquance notamment. Les tablettes devraient également servir pour les contraventions, comme celle créée pour la consommation de cannabis.
[/private]
 
 

Vous aimerez aussi

Cinq recettes pour un apéro dînatoire gourmand mais sain !
Décryptage
152 vues
Décryptage
152 vues

Cinq recettes pour un apéro dînatoire gourmand mais sain !

JessicaLombardi - 29/06/2018

L'été est là, saison officielle des apéros. Et donc des excès ! Si craquer pour des chips ou une pizza…

A la rentrée, Chronos devient Cinq minutes
Non classé
315 vues
Non classé
315 vues

A la rentrée, Chronos devient Cinq minutes

JessicaLombardi - 29/06/2018

Chers lecteurs,   L'aventure Chronos s'arrête ce vendredi 29 juin. Je vous en expliquais les raisons dans un précédent article.…

L’effet placebo expliqué
Décryptage
131 vues
Décryptage
131 vues

L’effet placebo expliqué

JessicaLombardi - 28/06/2018

L'effet placebo, on le connaît tous, mais sans forcément savoir comment il fonctionne. On peut effectivement se demander comment une…